Gifle

Quelque jouvenceau mal dégrossi soufflette Samuelsmall au sortir d’un préau, où l’ancien Premier ministre et Premier policier de France filait le chant désespéré de sa triste campagne.

Que croira-t-on qu’il a pu faire, comme d’affecter son sang froid ?

Il laisse son molosse jeter à terre et molester l’impudent, puis s’en remet au juge pour laver l’affront. « Je suis courageux », dit-il après.

On le savait depuis l’autre automne, et une messe socialeuse où son auguste main n’avait pas tremblé sur la joue d’un autre jouvenceau.

Publié dans : Aile gauche, Chronique compendieuse |le 18 janvier, 2017 |Commentaires fermés

Commentaires et pings sont desactivés.

Commentaires desactivés.

Langue de bois |
La Feuille Moissagaise |
Les Jeunes CDH Verviétois |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | palabre
| Services d’intérêt économiq...
| Le Blog-Notes d'Yves Baumul...