#Théoriedugenre

C’est grosse ruse qu’alléguer l’inexistence d’une chose pour la garder des soupçons qu’elle s’attire. 

Fussiez-vous pape (a fortiori si moins que pape : simple bourgeois, édile ou parent d’escholier) à jurer l’avoir vue, un choeur outragé de témoins du néant, tous grand-croix de la Gazette ou gidouilles des Universités, vous renverrez au vôtre en vous jetant à la face qu’il n’y a rien, non, décidément rien, où vous avez vu quelque chose, et qu’on voit seulement que vous y cherchiez des histoires. 

Disons-le, car c’est vrai : nous cherchons des histoires, car ce rien nous fait quelque chose.

Vous pouvez répondre, ou faire un trackback depuis votre site.

Laisser un commentaire

Langue de bois |
La Feuille Moissagaise |
Les Jeunes CDH Verviétois |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | palabre
| Services d’intérêt économiq...
| Le Blog-Notes d'Yves Baumul...