Fou du roi

Quand la foule est souveraine, la plus digne mission dont les gens d’esprit se puissent revêtir n’est-elle pas celle de fous d’une cour aussi capricieuse qu’étendue ? De manier le paradoxe tant que l’hétérodoxe, de procéder du contrepoint, de tourner le sérieux en farce et de fronder le ricanement par le tragique ?

Peu de nos clercs s’y osent. Trop y préfèrent la posture de l’anticorrection, qui consiste pour le banc droit à se croire oppressé par le gauche, ou de la rébellion en chaise, par quoi le banc gauche prête toute puissance au droit.

Ceux-là sont tous gens de parti plus que d’esprit ; ils ne sont pas assez libres, de ce qu’ils ne sont pas assez fous.

Publié dans : Observations |le 6 mai, 2015 |Commentaires fermés

Commentaires et pings sont desactivés.

Commentaires desactivés.

Langue de bois |
La Feuille Moissagaise |
Les Jeunes CDH Verviétois |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | palabre
| Services d’intérêt économiq...
| Le Blog-Notes d'Yves Baumul...