Mise à mort

On faisait grief à Johantur, qui fut syndic en la ville de Martin, n’y fit guère plus fortune et s’évita d’être jamais ministre, d’un trafic de sacrements civils. 

Qu’était-ce là de si lourd, qui ne pèse pas le quart de ce dont se relevèrent des Palainjé, des Ricorvet et des Gambaze ?

Il s’est vidé dedans la bouche le fût de sa canardière, et l’on le portera demain en terre. 

Le petit matin blème d’un ministre calomnié au temps d’un vieux prince sourd de la mémoire pour éclairer les oraisons. Et l’on ne songe pas aux ressources où puisa naguère Estradius, pour rétablir sa réputation et survivre trente ans au ragot d’avoir comploté à empoisonner des malades.

Contre l’outrage, lui et d’autres brandirent avec succès la foi de l’innocence ; d’autres ne daignent pas honorer leurs accusateurs d’un regard.

C’est qu’il avait à se reprocher, entend-on, s’il se tue ! 

Il faut à la foule vengeresse des raisons simples, qui la justifient de sa soif de meurtres.

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Langue de bois |
La Feuille Moissagaise |
Les Jeunes CDH Verviétois |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | palabre
| Services d’intérêt économiq...
| Le Blog-Notes d'Yves Baumul...