Devoir de réserve

Il manquait à la gloire du trône une Union des écrivains d’Etat. La façon de sa missive au ministre des Lettres, quoiqu’elle laissât à penser que le français échappe à son auteur*, devrait valoir cent fois au député Leroutric d’en assumer la présidence honoraire.

*« Le devoir de réserve dû aux lauréats de Goncourt », écrit-il comiquement…

Publié dans : Aile droite, Chronique compendieuse |le 13 novembre, 2009 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Langue de bois |
La Feuille Moissagaise |
Les Jeunes CDH Verviétois |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | palabre
| Services d’intérêt économiq...
| Le Blog-Notes d'Yves Baumul...